La Fabrique

« Visitez le quartier de Saint-Gervais, toute l’horlogerie de l’Europe y parait rassemblée ! » Voilà comment Rousseau résume, dans sa lettre à d’Alembert, la particularité même de la Fabrique genevoise. Par ce terme de Fabrique, on désigne en effet dès le début du XVIIIe siècle la réunion en un lieu précis de tout un ensemble de savoir-faire touchant à l’horlogerie, à l’orfèvrerie et à la bijouterie, mais aussi à une vaste palette de métiers connexes basés sur le travail des métaux précieux. On pense ici aussi bien aux techniques de dessin, de gravure, de guillochage et d’émaillerie qu’à la confection d’aiguilles, de ressorts, de fusées, coques, chaînes, étuis et autre boîtes. L’art de l’élégance horlogère dans toute sa finesse !

Le quartier de Saint-Gervais se situe alors au cœur de cette effervescence : selon un principe bien réglé de division du travail, différents ateliers s’y répartissent une succession de tâches plus minutieuses les unes que les autres, souvent essentielles à la beauté et à la qualité du produit fini. C’est de cette multitude de petites mains et de savoir-faire que naîtront de nombreuses techniques de fabrication et de décoration typiques de la région - celles des « Émaux de Genève », des « Boules de Genève » ou encore du « Poinçon de Genève ». Sources d’un imaginaire qui nourrit, aujourd’hui encore, la réputation de la Cité de Calvin dans le monde de l’industrie horlogère de luxe.


Catégorie


Canton


Description détaillée

La Fabrique (PDF, 407 kB, 04.06.2018)description détaillée

Publications

Antony Babel : La Fabrique genevoise. Neuchâtel, 1938

Estelle Fallet : L’Horlogerie à Genève. Magie des métiers, trésors d’or et d’émail. Ed. Musée d’art et d’histoire, Genève. Genève, 2011

Anne-Marie Piuz, Liliane Mottu-Weber et al. : L'économie genevoise, de la Réforme à la fin de l'Ancien Régime. Genève, 1990

Mots-clé

https://www.lebendige-traditionen.ch/content/tradition/fr/home/traditions/la-fabrique.html